Accueil - Réseau des Emetteurs (Français)du Finistère

Logo du REF-29
Aller au contenu

Manoir de Squividan le 05/08/2018

Communication de F6CNM
Comme  je vais, encore cette année, donner un coup de mains à Hamexpo, je peux emporter  les QSL destinées au REF. Bien  entendu, il faut me les apporter...Je  quitterai Quimper le 11 octobre.
Du 25 Mai au 1 Juin 2019 une équipe de radioamateurs sera sur Ouessant.
ON7ZM....F5VCR....F6DXE....F5UOW....F4ELI....F4ELK.
Nous serons actifs, CW/SSB  et peut être modes digits.
73 du Team DD F4ELK
TM2BZH
ACTIVITÉS D’ÉTÉ du REF 29
2018-08-05
 
Compte-rendu de l’activité DFCF-29079 :  Activation Manoir de Squividan Le 18/08/2018 Pour compléter les 100 contacts à partir de 08h00 (installation sur le parking à l'entrée du chemin d'accés du manoir)TM2BZH avec DFCF 29079 sera réactivé dans le semaine du 14 au 22/09/2018
 
Merci à ceux qui sont venus nous rencontrer et merci aussi aux stations qui nous ont contactés.
 
Nous avons passé une belle journée ensoleillée dans une partie du jardin face au manoir de Squividan, Les conditions de propagation n’étaient peut-être pas au rendez-vous, mais nous avons échangé et parlé de notre hobby avec les personnes qui sont venues nous rencontrer. Quelques radioamateurs et aussi d’enthousiastes qui, nous l’espérons, deviendront à leur tour des passionnés de radiocommunications.
 
Nous remercions aussi le musée départemental breton, gestionnaire du manoir-musée de Squividan, en particulier Madame Le Tailleur, chargée de mission, en charge du lieu, pour son accueil et son efficacité.
 
Bureau REF-29
 
Afin d’animer nos bandes, de faire entendre le département sur l’air, et surtout de se rencontrer, le REF29 a mis sur pied pour cet été :
 
·  Une activation avec indicatif spécial (accord ANFR en attente) pour donner écho aux fêtes de Cornouaille de Quimper du 24 au 29 juillet. Tout membre du REF29 peut participer depuis sa station, mais il est indispensable de se déclarer auprès du secrétaire avant le 16 juillet si l’on veut participer (pour l’organisation pratique du partage de l’indicatif  et le respect de la réglementation).
·  Une animation  du manoir de Squividan le dimanche 5 août (10h / 17h env) DFCF-29079
où nous pourrons nous rencontrer et pique niquer ensemble.
Les membres du ref29 pourront utiliser la station présente et l’indicatif spécial TM2BZH associé à DFCF-29079. Le cadre permet une jolie sortie en famille, et la visite d’une exposition (œuvres des peintres Simon / Fié Feux, qui ont habité ce manoir)
· Une journée de démonstration à Fouesnant (lieu à préciser ultérieurement) le 16 Septembre (10h/17h env), pour montrer en public notre loisir et une nouvelle occasion de rencontre et de pique nique en commun. Il sera sans doute possible d’envisager une présentation de  quelques matériels « vintage » ou des réalisations personnelles.       
 
Pensez à noter ces dates, à les faire connaître aux amateurs d’ondes et de radio et à bientôt se rencontrer.
En toute cordialité.
F1LLV, Didier
info-ref


Compte rendu de l’Assemblée générale ordinaire du
Réseau des Emetteurs du Finistère (REF29) du 25/02/2018.

 
Le président Louis, F1LNC ouvre l’assemblée à 10h15.
Présence de 11 personnes et  5 pouvoirs donnés.
   
 
Activités 2017
Il rappelle brièvement les activités de l’année 2017, la vie de notre site internet  (http://ref29.r-e-f.org/ ).
Parole est donnée  à Joseph, F5LNV, gestionnaire du site. Il présente les outils utilisés pour son fonctionnement, sa méthode de travail et sollicite des personnes présentes de dire leurs attentes. Il s’ensuit quelques échanges sur les difficultés de faire fonctionner un site et les différents outils utilisables.
F1LLV, Didier, fait un rappel de l’activité TM50FM, 50ème anniversaire du jumelage Fouesnant / Meerbush, auquel nous nous sommes associés (trafic radio et participation place de la Mairie le 25/05/2017, lors de la fête du jumelage. Il est donné le bilan des contacts réalisés.
Louis, F1LNC, fait part de sa présence, à l’Assemblée Générale Nationale de l’ANEG (Association Nationale des Radioamateurs de l’EDF et GDF) à Morgat le 25/02 où il a été invité au titre du REF29.
F6CNM, Jean-François donne des informations sur sa participation au Congrès du R.E.F. au Mans les 13 et 14 Mai. Pour 2018, le congrès du REF aura lieu en Alsace, à Mulhouse, les 4,5 et 6 Mai
Hamexpo : Comme il le fait depuis quelques années, F6CNM  a participé à l’organisation de cette foire expo du REF qui avait lieu au parc des expositions du Mans le 14 octobre. Cette exposition a drainé un nombre conséquent de visiteurs. Durant la journée, 9 conférences se sont succédées.                               Hamexpo aura lieu au Mans pour encore 2 ans. Pour 2018, la date est fixée au 13 octobre.
En charge depuis 10 ans de la distribution des Cartes QSL dans le Finistère il fait le point sur l’année 2017 : 6770 cartes ont été traitées et distribuées, chiffre néanmoins en baisse ( un peu plus de 15600 en 2011). Remerciements de l’assemblée pour ce travail bien utile à tous. Il signale qu’à ce jour 65 OMs du 29 ont renouvelé leur adhésion au REF National.
Projets 2018 :
Est évoqué pour les beaux jours (mai / juin) une journée radio  sur un site agréable pour du trafic en plein air et un repas ou pique nique convivial, occasion de rencontre et d’échanges. A travailler.
Il sera pris contact pour une activation radio pour les fêtes de Cornouaille, une première approche permettant de penser cette activité possible (prise en charge F6CNM)
Idée semblable, une activité serait peut-être possible lors du passage du Tour de France à Quimper ? A travailler.
Bilan financier
F1LLV, Didier, présente le bilan de l’exercice 2017. Il y a eu 20 membres cotisants, soit une entrée de fonds de 200€. Notre petite association ne peut donc qu’avoir des objectifs limités pour ses actions. Mais, grâce aux efforts d’économie de tous, toutes activités faites, notre situation finale 2017 ne laisse qu’un léger déficit, acceptable car compensé par un reliquat des années précédentes. Il reste néanmoins l’objectif de réduire pour l’an prochain les frais (obligatoires) d’assurance.  
Il est procédé aux votes :
  • · Le bilan moral :      Contre : 0, Abstention : 0, Pour : unanimité
  • · Le bilan financier : Contre : 0, Abstention : 0, Pour : unanimité
Renouvellements et élection des membres du bureau :
F1LLV, sortant, se représente
F5LNV, sortant, se représente
F4WCE, Mario se porte candidat

Contre : 0, Abstention : 0, Pour : unanimité
Après appel à questions diverses, Louis, F1LNC, remercie chacun des présents de leur participation.
Assemblée générale close à 12h15

Un nanosatellite français pour percer les mystères de Beta Pictoris

    Il est grand comme trois pommes, ou plutôt comme les trois cubes de 10 centimètres de côté qui le composent. Il n'est pas plus lourd qu'un chat (3,5 kg). Sa consommation électrique, d'environ 5 W, équivaut à celle d'une ampoule économique. Et son télescope ne fait que cinq centimètres de diamètre, comme ceux des astronomes amateurs débutants. Pourtant, ce nanosatellite va permettre de mieux connaitre le système de l'étoile Beta Pictoris, une star du ciel de l'hémisphère Sud.
    Beta Pictoris n’est qu’à 63,4 années-lumière de nous et très brillante, ce qui la rend facile à étudier. Cela tombe bien : c’est une étoile extrêmement jeune, seulement 23 millions d’années, qui passionne les chercheurs depuis la découverte d’un grand disque de poussières, de gaz et de débris rocheux autour d’elle, au début des années 1980. Ce disque, vestige du nuage primitif qui a donné naissance à l’étoile, est un cas d’étude rare pour les astronomes du monde entier, qui le scrutent régulièrement depuis : mieux connaître Beta Pictoris, c’est mieux comprendre la formation des planètes géantes et des systèmes planétaires en général. En 2009, une équipe française dirigée par Anne-Marie Lagrange y a découvert une planète gazeuse géante : Beta Pictoris b, sept fois plus massive que Jupiter, qui tourne autour de son étoile à 1,5 milliard de kilomètres de distance, comme Saturne autour du Soleil.
    Or, vue de la Terre, la planète Beta Pictoris b pourrait passer devant son étoile d’ici l’été 2018. Observer ce transit, qui se reproduit tous les 18 ans, permettrait de déduire la taille exacte de l’exoplanète, l’étendue et la composition de son atmosphère, et sa composition chimique. Mais un transit de la planète ne durera que quelques heures. Réussir à observer ce phénomène, dont on ne connait pas le moment exact, impose donc une surveillance continue du système planétaire : c’est possible seulement depuis l’espace, notamment pour échapper au cycle jour-nuit et au passage des nuages.
    Pour tenter d’observer ce transit, seul un satellite très léger, un nanosatellite, pouvait être développé en un délai très court. PicSat a été conçu puis construit en trois ans seulement, grâce à l’utilisation de modules de base cubiques “CubeSat”, un format conçu aux Etats-Unis, à visée pédagogique, pour des projets étudiants. Pour le CNRS et l’Observatoire de Paris, c’est le tout premier satellite entièrement conçu et intégré dans leurs murs. PicSat est né d’une idée de Sylvestre Lacour, astrophysicien au CNRS, en collaboration avec Alain Lecavelier des Etangs, de l’Institut d’Astrophysique de Paris (CNRS/Sorbonne Université), qui travaille sur le système Beta Pictoris depuis de nombreuses années. Sylvestre Lacour a concrétisé ensuite le projet au sein de son laboratoire, le Lesia (Observatoire de Paris – PSL/CNRS/Sorbonne Université/Université Paris-Diderot) avec une petite équipe de chercheurs et ingénieurs.  C’est ainsi une nouvelle approche instrumentale qui s’amorce pour la recherche spatiale française. Les développements technologiques se sont opérés dans le cadre du campus spatial CERES de l’Université PSL, sur le site de l’Observatoire de Paris, à Meudon. Le projet PicSat s’est concrétisé principalement grâce à un financement de l’European Research Council (ERC). Il a reçu également le soutien du CNES, du Labex Esep et de la FONDATION MERAC dans le cadre de son programme d’aide aux jeunes chercheurs en astrophysique.
    C’est le 12 janvier 2018 à 4h58 (heure française) que décollera le lanceur indien PSLV pour placer PicSat sur une orbite polaire à 505 km d’altitude, en même temps que trente autres satellites. PicSat sera ensuite exploité à partir du Lesia, à Meudon.
    Cependant, la station du laboratoire ne pourra observer le satellite qu’environ 30 minutes par jour. Or, PicSat transmet sur les fréquences radioamateurs, grâce à l’aide du Réseau des émetteurs français (REF). Toute personne disposant d’un minimum d’équipement de réception radio pourra écouter ses transmissions. L’équipe PicSat invite donc les radioamateurs à collaborer pour suivre le satellite, recevoir ses données et les transmettre à la base accessible sur internet. Sur PicSat.obspm.fr, toute personne intéressée peut s’inscrire, suivre les mises à jour et, si elle le souhaite, faire partie du réseau radio.
    PicSat est prévu pour fonctionner pendant un an. Dès qu’il observera le début du transit de la planète ou tout autre phénomène, le télescope de 3,6 mètres de diamètre de l’ESO, à la Silla au Chili, sera immédiatement activé pour observer le phénomène à son tour à l’aide de l’instrument Harps. Associées à celles de PicSat, ses données permettront d’affiner les mesures.
Secrétariat: SPÉNARD MARIO
LIEU DIT KERLIJOUR -  29140 MELGVEN (FRANCE)
Joindre par email : ve2svf(at)gmail.com
logo REF-29
Antenne yagi
emeteur
Retourner au contenu